Contact

Les races n'existent pas... vraiment ?


Les races n'existent pas... vraiment ? Résumé - Les dernières avancées en génétique montrent que les ''races'' humaines n'existent pas. Et pourtant il existe des différences physiologiques certaines. Thèmes  :   Beauté  Cheveux  Corps  Génétique  Morphologie  Peau  Yeux

Sommaire



Imprimez - Téléchargez - Partagez cet article
Version imprimable de l'article  Version PDF de l'article RSS Twitter Facebook Google+ Pinterest Tumblr e-mail

Loin des propos nauséabonds de certains, je vais vous exposer un sujet sensible, qui est la différenciation entre les humains selon des caractères physiologiques.

La diversité a du bon, voyons ensemble pourquoi.


La couleur de peau

La couleur de peau est l’élément principal de différenciation selon certains. Elle s’étend sur un spectre allant du noir au mat clair presque blanc, avec des variations rosées ou cuivrées plus ou moins importantes.

Les couleurs de peau varient du blanc au presque noir

  • L’hérédité joue un grand rôle car la couleur de la peau est décidée dès la conception
  • La mélanine, pigment déterminant le teint, est produite dans des cellules appelées mélanocytes. Leur nombre moyen par surface de peau est le même chez tous les humains. Mais plus les mélanosomes sont gros, nombreux et chargés en mélanine, plus la peau est foncée. Ceux des Asiatiques et Européens sont plus petits que ceux des Africains
  • La nature des pigments contenus dans les mélanosomes et leurs proportions respectives font varier la couleur de base. La phéomélanine, orange-rouge en forte concentration, est naturellement moins foncée que l’eumélanine brun-noir
  • L’hémoglobine dans les vaisseaux sanguins donne une coloration rosée aux peaux claires
  • L’alimentation peut avoir une incidence sur la couleur de peau. Par exemple, le carotène en quantité importante peut apporter une teinte légèrement jaune aux peaux claires. Je me souviens d’ailleurs avoir vu à la télé un éleveur de grenouilles oranges au lieu de vertes, en les alimentant d’une façon particulière Le soleil a une influence certaine sur la couleur de la peau - (ↄ) janeb13
  • L’exposition au soleil fait bronzer la peau, mais cet apport peut varier selon les individus : certains brunissent, d’autres rougissent. En outre, l’indice de réflexion de la peau, moindre à l’équateur, croît en fonction de la latitude : plus on se déplace vers les pôles, moins la peau reçoit d’UV en moyenne dans l’année, et plus la couleur de peau s’éclaircit
  • La couche de graisse sous-cutanée est plus ou moins importante : elle peut bloquer l’effet de ce qui se passe à l’intérieur du corps et donc a une incidence sur la couleur. Par exemple, les extrême-orientaux ont souvent une couche graisseuse sous-cutanée épaisse, et donc ont le teint peu rosé
  • Des problèmes de santé ou génétiques peuvent faire varier la couleur de la peau, par exemple le vitiligo provoque une dépigmentation, alors que l’albinisme est une mutation qui provoque un déficit de production de mélanine


Répartition des couleurs de peau dans la population mondiale :

La proportion des couleurs de peau dans la population mondiale
Répartition des couleurs de peau sur le globe :

Répartition des couleurs de peau sur le globe


Les autres facteurs de différenciation

Outre la couleur de peau, d’autres caractères peuvent influencer l’apparence d’un individu à l’autre.

  • La couleur des yeux : les différentes couleurs d’yeux sont tellement réparties sur le globe qu’il est impossible de les associer à une race particulière (et surtout pas les fameux « aryens » des nazis sensés avoir tous les yeux bleu)

Les différentes couleurs des yeux

  • La forme des yeux : on pense tout de suite aux asiatiques avec leurs yeux « bridés », mais la forme des yeux dépend beaucoup de la paupière supérieure et du coin extérieur

Les différentes formes d'yeux

  • La couleur des cheveux : tout comme la couleur des yeux, impossible d’associer une coloration particulière à une race. Même chez les vikings, pourtant des gens du grand nord, il y avait des bruns, des blonds et des roux

Les différentes couleurs de cheveux

  • La forme du crâne : un facteur anthropométrique, la crâniométrie date du 18è siècle, et voulait catégoriser les races selon la forme générale de la boîte crânienne. Les différents types sont restés dans le vocabulaire de la police par exemple : caucasien (race ’’blanche’’), mongolien (race ’’jaune’’), malaisien (race ’’brune’’), négroïde (race ’’noire’’), et américain (race ’’rouge’)

La crâniométrie catégorisait les races selon la forme de la boîte crânienne

  • La forme du visage : une caractérisation qui tient sur bien peu d’arguments pour une notion de race !

Les formes de visage des femmes


Ce que dit la génétique à propos des races humaines

Un brin d'ADNL’ADN de deux humains pris au hasard est identique à 99,9%. Les nouvelles sont bonnes alors n’est-ce pas ? Ce n’est pas si simple.

Il faut rappeler que l’homme et les chimpanzés ont 98,8% de gènes en commun, et pourtant personne ne peut contester leurs différences ! Entre l’homo sapiens et l’homme de Néandertal, la similitude atteint même 99,5%.

Les antiracistes qui prennent la génétique comme nouvel argument oublient que les 0,1% de différence entre les humains forment plus de... 3 millions de différences sur les 3 milliards de bases que comporte un brin d’ADN humain.

Ces bases forment des groupes, qui « codent » certaines particularités. Tout le monde a des os blancs, tout le monde a un cœur qui bat, tout le monde a le sang rouge, tiens celle-là a la peau blanche alors que celle-ci a la peau noire, zut !

Pour considérer une race au sein d’une espèce, il suffit qu’il y ait une variabilité quantitative suffisante, conséquente d’un isolement géographique pendant une période de temps suffisante. Par exemple, les africains ont vécu isolés des autres pendant 100.000 ans, alors que les asiatiques de l’est n’ont divergé des européens qu’il y a 40.000 ans : ces derniers sont donc plus proches génétiquement.

Les migrations humaines et les haplogroupes mitochondriaux
Des groupes humains peuvent effectivement être définis au niveau génétique si on étudie un grand nombre de marqueurs génétiques particuliers : la couleur de la peau, la couleur des yeux, etc.

On peut même discerner des provenances bien identifiées, les « familles », les plus importantes sont constituées par la provenance géographique : Afrique, Asie, Europe. Plus précisément, selon certaines théories, il y aurait 9 groupes dans l’espèce humaine homo sapiens : africains, asiatiques du sud et nord-africains, asiatiques du sud-est, îliens du Pacifique, aborigènes d’Australie, européens, asiatiques de l’est, esquimaux et amérindiens. Un site bien connu est 23andMe filiale de Google, qui permet de séquencer pour 149$ certaines parties de votre génome et retrouver les origines géographiques de vos ancêtres.

André Langaney, ancien directeur du Laboratoire d’Anthropologie du Musée de l’Homme :

En fait, il n’y a pas de marqueur génétique de la race. On n’a jamais pu en isoler un qui soit présent, par exemple, chez tous les “Noirs” et absent chez tous les “Blancs”. Dès qu’on commence à définir une race, en cherchant des critères de classification, on n’en finit plus. Certains sont allés jusqu’à 450 ! S’il fallait pousser la classification à son terme, il faudrait définir une race par individu, car nous sommes tous différents.

L’espèce humaine semble semble trouver ses origines en Afrique du sud et de l’est il y a quelques millions d’années - quoique, révélés en 2017, des ossements d’humains datant de 315.000 ans ont été découverts au Maroc à Djebel Irhoud, on peut avoir un doute. L’espèce humaine s’est dispersée et diversifiée selon les lois non pas de la génétique, mais du darwinisme, c’est à dire de l’évolution naturelle par la sélection des espèces. Les différences génétiques ne sont que le reflet de cette sélection. Et le brassage génétique actuel dû à la mondialisation ne fait que brouiller les cartes.

Dans l’actualité scientifique, de nouvelles données sur la couleur de peau réfutent encore la notion de race (article du site Futura Sciences) : il a été démontré que des variants génétiques associés à une peau claire ou à une peau foncée sont présents à la fois en Afrique et dans d’autres populations du monde.


Le mélange c’est bon !

Avec le brassage génétique actuel les roux risquent de disparaître dans quelques générations - © Paul EvansCes dernières années on a beaucoup parlé de la future disparition des roux sur Terre, dans « maximum » trois générations... Dommage j’aime bien les rousses, moi !

Chez les Noirs, certains ont la peau claire, d’autres sont très sombre tirant vers le « bleu » ou le « rouge »... Au Japon, certains ont la peau très sombre et seraient d’origine noire, ce sont les Aïnous. Dans les îles comme la Réunion, la population vient de tous les coins du monde, on y trouve des chinois, des indiens, des blancs, des noirs mais surtout des métisses : le brassage est tellement intense que toutes les couleurs de peau sont présentes.

Les poupées Bratz offrent une grande palette de couleurs de peau - © MGA EntertainmentIl faut dire que le brassage génétique dans notre monde moderne se fait bien plus facilement que dans les temps anciens, où s’éloigner de plus de 50km de chez soi constituait une véritable aventure !

Nous pouvons voir de plus en plus de couples « mixtes » dans les rues (j’en fais moi-même partie), leurs enfants sont beaux car le brassage génétique est grand et garde souvent le meilleur des deux parents. Peut-être qu’un jour il n’y aura plus de blancs, de noirs, d’asiatiques, mais une seule et même race avec la même couleur de peau où les roux, les blonds et les yeux bleus auront disparu. C’est en même temps un peu dommage et génial, car les différences auront été gommées, mais ce qui me pousse à photographier les femmes ce sont justement ces différences, et les variations infinies !

Pour avoir un aperçu de ce probable futur, le site FaceResearch est intéressant à plusieurs points de vue. Les auteurs photographient des visages dans le monde entier et les catégorisent, pour archive. Et ils ont la démonstration d’un algorithme informatique qui permet de mélanger les visages en direct, en ligne.

Pour vous, voici tout d’abord le visage de la femme moyenne française « blanche » :

Le visage moyen des françaises ''blanches''
J’ai moi-même sélectionné plusieurs visages de femmes et fait la moyenne avec différentes couleurs de peau en proportions égales (noires, blanches, asiatiques, indiennes, etc) --- et voici le résultat :

Un visage moyen de femme toutes races confondues
Ce qui est formidable dans ce visage, malgré tous les visages différents qui l’ont composé, c’est que cette femme a la peau somme toute assez claire bien que bronzée. Je la trouve belle, pas vous ?


Le mot final d’AbsurdePhoton

Comme nous avons pu le voir, les arguments divergent pour une différenciation par race, aussi bien du point de vue génétique qu’anthropométrique. Moi-même, je sais ce que je vois, mais j’ai des doutes, que croire finalement ? Mon côté scientifique me hurle de ne pas y croire, mais il existe quand même différents groupes qui possèdent des traits similaires. Pour les décrire, le mot « races » n’est pas forcément le meilleur choix (son historique est lourd), mais à défaut d’un terme équivalent...

D’un point de vue humain, il est bien que les différences soient de plus en plus gommées, car la notion de racisme ne tiendra pas bien longtemps à ce rythme : dans quelques générations on n’en parlera presque plus, ce sera un (lointain) mauvais souvenir.

Par contre d’un point de vue beauté et esthétique, ce serait dommage car la diversité apporte beaucoup. J’aime les blondes, les rousses, les brunes, les noires, les blanches, les asiatiques, les petites, les grandes, les maigres et les moins maigres, les jeunes et les moins jeunes... toutes ont leur place devant mon objectif photographique.


Don’t know what I want, but I know how to get it

— - The Sex Pistols - Anarchy In The U.K



Imprimez - Téléchargez - Partagez cet article
Version imprimable de l'article  Version PDF de l'article RSS Twitter Facebook Google+ Pinterest Tumblr e-mail
Thèmes  :   Beauté  Cheveux  Corps  Génétique  Morphologie  Peau  Yeux


modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?




Ajoutez votre commentaire ici

© 2016-2017 AbsurdePhoton