Poitrine et formes des seins des femmes 18+ Poitrine et formes des seins des femmes


Poitrine et formes des seins des femmes Les formes des seins ont une forte influence sur l'appréciation physique des femmes. La poitrine est un caractère sexuel secondaire, mais bien plus encore. Thèmes  :   Attraction  Beauté  Corps  Femme  Formes  Graisse  Morphologie  Muscle  Peau  Poitrine  Sous-vêtement

Sommaire



Imprimez - Téléchargez - Partagez cet article



Les seins des femmes ont une importance particulière, à plusieurs niveaux : physiologique, avec leurs formes et le pourquoi de leur apparence, l’attirance et l’importance qu’on leur donne, mais aussi tous les attirails et subterfuges qui en découlent.

©AbsurdePhoton
Dernier Continent

Découvrez avec AbsurdePhoton ce que sont vraiment les poitrines des femmes, avec comme d’habitude des considérations scientifiques et d’autres du domaine de la beauté.


Une apparence unique dans le règne animal

Les femmes ont une « grosse » poitrine

Chez les mammifères femelles, les glandes mammaires ont une seule fonction : l’allaitement des nouveaux-nés. La poitrine est habituellement réduite aux mamelons, et ne prend du volume qu’au moment de la lactation. Ensuite, elle se réduit lorsque qu’elle n’a plus d’utilité.

(ↄ)Unknown
L’allaitement

Pourtant, une espèce fait exception : les femelles humaines connaissent certes une augmentation de la taille des seins avant l’accouchement, mais gardent tout de même un volume incomparable aux autres espèces le reste du temps. On constate même une accumulation de cellules graisseuses autour des glandes mammaires. Les seins de forment à la puberté, et évoluent dans le temps, selon les grossesses, la prise ou perte de poids, la nourriture ingérée...

Comment expliquer cette différence ?

Les tentatives d’explications scientifiques

En 1967 dans son livre Le singe nu, le zoologue Desmond Morris émet l’hypothèse que la bipédie (le fait de marcher debout) a contribué à masquer les attributs sexuels secondaires que sont les fesses. Il suffit de regarder une femelle babouin avec son derrière bien rouge en forme de cœur pour se rendre compte à quoi pensent les mâles !

Source : inconnue
Une femelle babouin n’a pas le coeur là où on pensait...

Les seins de la femme auraient tout simplement pris le relais des fesses. La position debout favorisant aussi la position du missionnaire, les humains sont les seuls à faire l’amour face-à-face, et pas seulement en « levrette ». Dans ces conditions, les seins seraient les seuls attributs sexuels secondaires pouvant stimuler les mâles.

Ces arguments ne tiennent pas forcément, lorsque l’on sait que les bonobos (un très proche cousin des hommes au niveau génétique) pratiquent aussi parfois la position du missionnaire ! De plus, on peut se dire que chez les animaux ce sont plutôt les mâles qui tentent de séduire les femelles, et par l’inverse.

Dernièrement Larry Young, psychologue à l’Emory University et Brian Alexander, journaliste et écrivain, dans un livre intitulé The chemistry between us, tentent une autre explication, cette fois-ci au niveau du cerveau.

Pour faire simple, l’idée serait que l’allaitement crée un sentiment d’attachement entre la mère et son petit. Lors de la lactation, une hormone appelée ocytocine est libérée chez la femelle, la même qui est impliquée dans l’amour et l’attachement.

Lors de l’acte sexuel, la stimulation des seins de la femme active les mêmes régions du cerveau que la stimulation du vagin et du clitoris, avec un relargage massif d’ocytocine là aussi.

On peut alors penser que le lien créé rappelle aussi l’enfance (et l’instinct) du mâle. Les seins se seraient donc développés chez la femme pour une seule raison : l’attachement qu’ils produisent lorsqu’ils sont utilisés ! Un réseau neuronal spécialisé se développerait même chez les jeunes mâles à la puberté, expliquant leur attirance naturelle pour les seins.

© Matt Groening et Fox
Homer sait ce qu’il veut !

Maintenant que nous savons pourquoi les seins existent, voyons maintenant comment.


Les formes des seins des femmes

Les femmes devraient savoir comment mesurer leur poitrine lorsqu’elles se choisissent un soutien-gorge, et pourtant je constate régulièrement que ce n’est pas le cas. Il est important de bien connaître son corps, car des mesures découlent le choix, et donc le confort de porter un soutien-gorge.

Examinons ensemble les paramètres.

Le tour de poitrine

C’est la mesure du « tout » : le mètre doit passer sous les bras, dans le dos, et passer aussi sur la pointe des seins, le tout sur un même plan parallèle au sol, sans compresser la poitrine.

Source : inconnue
Prenez vos mensurations

Le bonnet de soutien-gorge

Le bonnet indique tout simplement la taille du « globe » (qui en est rarement un d’ailleurs). Il s’agit du volume du sein. La règle générale est la suivante : il faut prendre d’abord le « tour de buste ». Cette fois-ci faites passer le mètre dans le dos et sous les seins, sans serrer. La différence entre le tour de poitrine et le tour de buste donne le bonnet, par correspondance.

Par exemple, avec un tour de poitrine de 85cm et un tour de buste de 70cm, la différence entre les deux est 85-70, c’est à dire 15cm. En se référant à la table ci-dessous (pour la France) :

A : 13 cm
B : ​15 cm
C : 17 cm
D : 19 cm
E : 21 cm
F : 23 cm
G : 25cm
H : 27cm
I : 29cm
J : 31cm
K : 33cm

... le bonnet est donc du « B » dans notre exemple.

© Aubade
Exemple de publicité Aubade

Les indications ci-dessus sont suffisantes pour se choisir un soutien-gorge, mais ne reflètent pas tous les paramètres... et c’est là que les choses se compliquent, car les seins peuvent revêtir toute une panoplie de formes bien distinctes, aussi bien individuellement que pris par paire (la poitrine).


Le dessus et dessous du sein

En position debout, le sein nu, tracez une ligne imaginaire parallèle au sol passant par le mamelon. Quelle est la proportion entre le « dessus » et le « dessous » ?

Ce rapport donne une première indication sur la forme du sein. Il semble que la forme la plus appréciée, donnant le meilleur galbe, correspond à un rapport 45-55%, c’est à dire un sein légèrement plus plein en-dessous qu’au-dessus.

Source : inconnue
La répartition idéale de la masse dans les seins donne un angle de 20° au mamelon

La direction que prend le mamelon est directement liée à ce rapport, l’idéal esthétique étant considéré à un angle de 20° (ressortez vos cours de trigonométrie avec l’exemple précédent !)


L’attachement à la base du sein

La manière et l’endroit où les seins sont attachés ont une influence sur leur forme et l’aspect général de la poitrine.

Source : Reddit
L’attachement des seins à la cage thoracique, avec des implantations et largeurs différentes
  • La base peut être fine ou large.
  • La position de la base peut être décalée ou centrée : les seins peuvent se toucher ou être largement séparés.
  • La hauteur de la base peut être plus ou moins élevée, elle a une influence sur la forme du sein (voir plus haut).


Répartition de la masse dans le sein

Les seins ne sont pas forcément remplis de manière homogène : il y a la masse adipeuse (la graisse) et les tissus glandulaires (qui peuvent produire le lait).

Source : Reddit
La matière dans les seins n’est pas uniformément répartie selon la densité

La direction du mamelon peut aussi être influencée par ce paramètre ! Selon la répartition de la masse, les mamelons peuvent avoir une direction horizontale « intérieure » ou « extérieure », mais aussi pointer « vers le haut » ou « vers le bas ».

Source : inconnue
Différentes tailles, formes et directions des seins


Le bout des seins

Une des zones les plus érogènes chez la majorité des femmes, il est constitué de l’aréole (le rond sur le sein) et du mamelon (le bout qui dépasse).

  • Forme

Au niveau de l’aréole, tout est possible encore une fois : certaines sont très étendues, d’autres réduites, à plat sur le sein ou présentant une boursouflure (élévation) plus ou moins importante.

La forme est généralement circulaire, mais peut être aussi elliptique.

Source : chirurgie-plastique-nice.fr
L’aréole et le mamelon

Concernant le mamelon, les formes aussi sont variées :

  • Les « normaux », dépassant légèrement, sont ceux que l’on retrouve le plus fréquemment
  • Les « plats » s’élèvent avec une stimulation ou quand il fait froid
  • Les « inversés » ne sortent presque pas, et sont plutôt tournés vers l’intérieur, en creux
  • Les « inversés unilatéralement » s’élèvent légèrement mais sont aussi tournés vers l’intérieur, formant un creux au bout de la bosse
  • Les « capitonnés » sont agrémentés de petites bosses, qui s’appellent les glandes de Montgomery, un peu comme une chouquette avec des morceaux de sucre dessus !

Source : inconnue
Couleur, forme, tenue, tout est possible !
  • Couleur

La couleur du bout des seins varie énormément d’une femme à l’autre : du plus pâle (presque la même couleur que le reste de la peau) au plus foncé (presque noir). Elle change même avec le froid et la chaleur, l’afflux sanguin et même les hormones !

Rose, rouge, chocolat ou noir, la couleur des mamelons tend à être plus pâle chez les femmes à la peau claire, et plus foncée chez celles à la peau plus sombre. Une explication serait encore une fois par rapport aux nourrissons : comme ils ont une vision très limitée jusqu’à l’âge de 4 mois, le contraste de la couleur du mamelon par rapport à la peau des seins serait un guide dans la vision floue du bébé...

Une explication plus scientifique : le niveau d’hormones chez les femmes (les œstrogènes) contrôle l’activité des mélanocytes, les cellules de la peau qui produisent la mélanine, qui est elle-même responsable de l’aspect plus ou moins sombre (bronzage) de la peau. D’après Lindsey Bordone, dermatologue new-yorkaise : « Quand les filles sont jeunes, leurs aréoles sont claires. Et à mesure qu’elles vieillissent, les hormones ont un effet et les aréoles s’assombrissent. C’est très similaire pour les garçons ». Par conséquent, pendant la grossesse, la couleur des aréoles pourra varier aussi temporairement.

Un truc qui ne marche pas pour les peaux les plus claires ou les plus foncées : la couleur idéale de votre rouge à lèvres serait celle de vos tétons, selon certaines maquilleuses...


Asymétrie des seins

Les femmes ont souvent un sein légèrement plus gros que l’autre.

Source : inconnue
Des seins asymétriques

Pas de panique, c’est assez fréquent et bénin, cela peut même arriver pendant les règles (voir plus bas).


Les seins par rapport au corps

Bien entendu, la perception de l’importance de la poitrine ne vaut que par rapport à un référentiel.

© Colin Kelly
Tout est une question de référentiel...

La poitrine d’une femme menue avec des seins importants semblera plus impressionnante que celle d’une femme très enrobée avec une petite poitrine, même si les deux ont au final le même bonnet de soutien-gorge ! (mais pas le même tour de poitrine)

Forme de corps en Sablier

La poitrine contribue aussi à la Types de formes du corps des femmesforme du corps des femmes, notamment pour la forme en « huit ».


Autres particularités des seins

Les particularités suivantes sont assez rares, mais peuvent se rencontrer tout de même.

  • Asymétrie prononcée : les deux seins ont une grande différence de taille l’un par rapport à l’autre. Cela est gênant pour choisir une taille de bonnet de soutien-gorge
  • Les tétons poilus : certaines femmes sont obligées de s’épiler le bout des seins. J’en ai déjà rencontré, on ne peut pas faire de tresses avec non plus !
  • Les tétons surnuméraires : aussi incroyable que cela puisse paraître, une femme (ou un homme d’ailleurs) peut avoir plus de deux tétons ! On ne parle pas de sein, mais bien de mamelon (la femme à trois seins c’est du cinéma)
Source : inconnue
La femme à trois seins, c’est de la science-fiction !


L’évolution de la forme des seins

Avec le temps et ce qu’elles en font, les femmes voient leur poitrine évoluer au fil du temps.

  • A la puberté, les seins se forment, différenciant les filles des garçons
  • La prise de poids ou l’amaigrissement ont une influence directe sur la quantité de tissus adipeux (la graisse) constituant une partie des seins
  • Le cycle menstruel fait gonfler légèrement la poitrine de certaines femmes, souvent avant l’apparition des règles
  • La grossesse augmente la poitrine pendant quelques mois. Certains seins ne s’en remettent jamais : soit en gardant leur taille, soit en se « vidant » définitivement d’une grande partie de leur substance...
Source : inconnue
L’affaissement des seins
  • L’âge a aussi une grande influence sur la forme des seins, qui s’affaissent tout le long de la vie adulte. En cause :

- le relâchement des ligaments de Cooper, qui attachent les seins à la peau supérieure à partir de la clavicule, contournant la forme de la partie supérieure

Source : inconnue
Le rôle des ligaments de Cooper dans le sein est de l’attacher à la clavicule

- la fermeté de la peau, qui a une grande élasticité mais qui se perd avec l’avancée du temps

- Le relâchement des muscles sous les seins, mais de manière moins impactante que les facteurs précédents

- Forcément, la direction des tétons est modifiée par tous ces changements, ils tendent aussi à partir vers le bas avec l’âge...


Le mot final d’AbsurdePhoton

La lecture est encore une fois un peu longue, mais cela en vaut la peine. J’espère que vous avez appris une chose ou deux ? Moi-même en faisant mes recherches, je me suis rendu compte que je ne savais pas tout sur un sujet qui m’attire pourtant particulièrement !

Vous pourrez prochainement compléter votre lecture par l’autre article qui traite des seins et de la poitrine des femmes, mais cette fois-ci sous l’angle psychologique...

© Rex Features/SIPA
La célèbre photo de Sophia Loren qui regarde Jayne Mansfield

Se sentir belle, pour moi, c'est être bien dans mon pantalon de cuir et voir mon mari m'attraper les fesses.

Pink

Ajoutez votre commentaire ici

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?





Imprimez - Téléchargez - Partagez cet article

Thèmes  :   Attraction  Beauté  Corps  Femme  Formes  Graisse  Morphologie  Muscle  Peau  Poitrine  Sous-vêtement



© 2016-2019 AbsurdePhoton