Photographe sur Paris et sa région - www.absurdephoton.fr

AbsurdePhoton > Galeries > Expérimentations

Vraie fausse 3D anaglyphique

Thèmes : 3D 3D Expérimentation Expérimentation Galerie Galerie Photo Photo Technique Technique

Dans une galerie précédente, je présentais des photos en fausse 3D anaglyphique : ce n’était qu’une manipulation rapide dans Photoshop. Le résultat était un peu « plat », et faisait souvent loucher.


■ La vraie fausse 3D anaglyphique expliquée

En poursuivant mes recherches, je me suis rendu compte qu’une technique est souvent utilisée par le cinéma : les films sont tournés normalement, puis la 3D est ajoutée par la suite ! Les techniciens utilisent ce que l’on appelle un depthmap.

Le depthmap (ou carte de profondeur) est une version en niveau de gris d’une image. Les niveaux de gris sont répartis de manière à représenter la profondeur de l’image originale. La norme la plus utilisée dit que les couleurs claires sont proches, et les couleurs sombres sont éloignées (le gris neutre est la position 0).

Un joli papillon accroché à une feuille - Accroché © AbsurdePhoton © AbsurdePhoton
Un joli papillon accroché à une feuille - Accroché
Le même papillon, vu au radar de profondeur (depthmap)

Le même papillon, vu au radar de profondeur (depthmap)

A partir de ce depthmap, qui indique donc une distance par rapport à l’œil de l’observateur, on peut faire des calculs mathématiques simples pour créer une image légèrement décalée par rapport à la première. Imaginez si ce décalage reflète la distance entre deux yeux...

Admettons que l’image originale est celle qui correspond à l’œil gauche. En calculant l’image décalée qui correspondrait à l’œil droit, on obtient la base de la 3D anaglyphique, tout simplement.

Enfin, presque. Le processus est très consommateur de temps : chaque image doit d’abord être découpée en zones de profondeur, ce qui est une opération manuelle. Il faut ensuite calculer l’image décalée (le plugin Dispersion de Photoshop est parfait pour cela), et recombiner les deux côtés « gauche » et « droit ».

Le découpage de l’image est une opération tellement pénible que j’ai essayé plusieurs techniques :

  • manuellement : nécessite une tablette graphique et beaucoup de patience
  • les plugins de découpage sous Photoshop : je les ai tous essayés, aucun n’est assez précis pour obtenir un rendu correct en 3D
  • la dernière piste que je suis en train de travailler est l’usage de l’intelligence artificielle : les progrès réalisés en deep learning ces dernières années sont prometteurs, et je suis encore en train d’étudier la question

Sachez que je passe à peu près quatre heures par photo à traiter, entre le découpage et les essais, avant de produire l’image finale.


■ Quelques exemples de vraie fausse 3D

Je vous laisse maintenant observer quelques exemples de ma production.

Pour une explication des différents formats, rendez-vous en bas de page.


Croc-croc ©AbsurdePhotonCroc-croc ©AbsurdePhotonPhoto originale de l’écureuil


Croc-croc 3D (depthmap) ©AbsurdePhotonCroc-croc 3D (depthmap) ©AbsurdePhotonLe depthmap de l’écureuil pour construire l’image gauche et droite en 3D


Croc-croc 3D (anaglyphe rouge et bleu couleur) ©AbsurdePhotonCroc-croc 3D (anaglyphe rouge et bleu couleur) ©AbsurdePhotonL’écureuil en 3D anaglypique rouge et bleu en couleurs


Croc-croc 3D (anaglyphe louché) ©AbsurdePhotonCroc-croc 3D (anaglyphe louché) ©AbsurdePhotonLe même écureuil en 3D anaglypique sans lunettes rouge et bleu


Croc-croc 3D (animé sans lunettes) ©AbsurdePhotonCroc-croc 3D (animé sans lunettes) ©AbsurdePhotonUn écureuil en 3D animée sans lunettes


Dans le pré ©AbsurdePhotonDans le pré ©AbsurdePhotonPhoto originale de cette belle femme dans un pré


Dans le pré 3D (depthmap) ©AbsurdePhotonDans le pré 3D (depthmap) ©AbsurdePhotonLa carte de profondeur montre les différents plans : l’herbe, la modèle, l’arrière-plan, le ciel


Dans le pré 3D (anaglyphe rouge et bleu noir et blanc) ©AbsurdePhotonDans le pré 3D (anaglyphe rouge et bleu noir et blanc) ©AbsurdePhotonLa version noir et blanc en anaglyphe rouge et bleu est ici indispensable : le vert de l’herbe ne passe pas bien avec les lunettes


Dans le pré 3D (anaglyphe louché) ©AbsurdePhotonDans le pré 3D (anaglyphe louché) ©AbsurdePhotonEssayez de loucher pour visionner la scène avec ses différents plans


Dans le pré 3D (animé sans lunettes) ©AbsurdePhotonDans le pré 3D (animé sans lunettes) ©AbsurdePhotonLa version animée de cette scène en 3D donne un angle légèrement différent à la photo originale


■ Les formats de photo en 3D sur ce site

Dans mes galeries où des photos en 3D sont présentées, vous pourrez rencontrer les formats suivants. Voici comment les visualiser :

  • La photo originale : elle est présente pour que vous puissiez comparer avec les autres versions
  • Le depthmap : il vous donne une idée du découpage en profondeur de la scène
  • Anaglyphe rouge et bleu : vous avez besoin de lunettes anaglyphes rouge/cyan (œil rouge à gauche) pour visualiser la photo en 3D et apprécier la profondeur. Ces photos rendent souvent mieux en noir et blanc, car les filtres utilisés dénaturent souvent les couleurs. En outre, certaines couleurs « passent mal » en anaglyphe rouge et bleu : celles s’approchant de la couleur des filtres apparaissent bien trop saturées ou même carrément gênantes
  • Anaglyphe louché : pour les personnes ne possédant pas de lunettes 3D, une version « côte-à-côte inversée » ou « cross-eyed » pour les anglais est présentée. Pour voir la 3D il faut loucher, mais pas n’importe comment ! Il faut contrôler le louchage pour faire se rejoindre les deux côtés au milieu, et « tenir » ensuite la pose. Cela demande un certain entraînement et fatigue très vite la vue, mais permet de rendre sans lunettes et en pleines couleurs les photos en 3D. Vous pouvez avoir plus d’explications et vous entraîner en consultant cet article sur olybop.
    Certains logiciels comme StereoPhotoMaker permettent de lire directement ces fichiers et de les présenter ensuite selon différents formats de visualisation
  • Anaglyphe parallèle (ou divergent) : sans lunettes 3D, une version « côte-à-côte parallèle » existe aussi. Pour voir la 3D il faut « diverger », ce qui est plus difficile et contraignant que pour la version louchée. Approchez votre nez de l’image, regardez au centre en regardant au loin, droit devant. Les deux images devraient finir par se « rejoindre ». Reculez lentement votre visage en tenant la pose jusqu’à ce que l’image en 3D ne soit plus floue. Si vous perdez la pose patientez un peu cela devrait revenir. Cela demande là aussi un certain entraînement et fatigue très vite la vue (moins que la version louchée cependant), mais permet de rendre sans lunettes et en pleines couleurs les photos en 3D. Le désavantage est que les images sont plus petites. Vous pouvez avoir plus d’explications et vous entraîner en consultant cet article sur olybop
  • Animé (sans lunettes) : un calcul mathématique de différentes positions permet de créer une animation donnant l’impression de profondeur. Les vidéos sont au format aPNG (PNG animé) : si vous ne voyez rien bouger, mettez à jour votre navigateur préféré ! Firefox/Edge, Chrome et Safari arrivent à lire ces fichiers dans des versions récentes.
    Pour créer les animations, j’utilise un script fortement modifié offert en retour au site d’Ugo Capeto pour les plus anciennes productions, et mes propres outils disponibles sur GitHub pour les plus récentes.


Bonne visualisation des photos en 3D